Publié le

Wu-wei et non-agir

Wuwei - L'agir sans agir

Wu-wei, le non-agir, est le concept central de Lao Tseu. C’est la nature fondamentale du tao et l’attitude du sage. Pour Jung, Wu wei ce n’est pas le rien-faire mais le non-agir sur un mode rationnel que l’on peut comparer à l’art de laisser les choses se produire comme chez Maître Eckhardt et dans sa propre méthode d’imagination active. Wu wei est une attitude de renoncement actif à la prédominance du moi ; c’est aussi le processus qui consiste à laisser s’affaiblir les aspects de la personnalité qui ne sont pas essentiels ; c’est ce que confirme le chapitre 48 :

À la poursuite de la voie
On s’appauvrit Chaque jour.
De plus en plus, Jusqu’à ce que rien
Ne demeure inachevé.

On remarquera que le non-agir du tao nourrit le désir d’agir parmi les créatures parce que c’est sous l’influence du tao que ce désir prend forme. La restriction du désir associée à la simplicité sans nom devient ensuite nécessaire pour que s’installe l’état de tranquillité.

La différence crée les noms.
Dès que les noms existent
La séparation existe.
Si l’on sait où s’arrêter
On se libère du danger

Le tao n’a pas de nom : on ne peut l’identifier de façon objective ; mais dès lors qu’il commence à se manifester dans le monde, il prend des noms – il prend forme en tant que systèmes, méthodes et règles. Les systèmes se mettent à interférer avec la simplicité naturelle. Il importe donc de savoir à quel moment il convient d’y mettre un terme. En psychothérapie, dès lors que nous nous appuyons surtout sur notre savoir, nos intentions, nos théories et nos techniques conscientes dans le but de renforcer l’adaptation à la réalité extérieure, nous sommes facilement captés par les détails de cette réalité extérieure, les symptômes, les préoccupations de succès extérieur et d’échec de la thérapie, etc. Cela ne pose pas de problème aussi longtemps que le thérapeute est capable d’être attentif à l’intention du soi en lui-même et dans l’inconscient de ses patients. Mais dans les cas extrêmes, il peut perdre le contact avec le soi, la personnalité entière. Il devrait donc savoir à quel moment il devient nécessaire de mettre un terme à l’approche extravertie unilatérale et de revenir à l’attitude holistique originelle.

Le non-agir et l’agir ainsi que toutes les dualités en relation avec l’Être et le non-Être semblent appartenir à une seule entité, le tao. Le tao rassemble toutes choses en tant qu’origine mais aussi en tant que but :

La voie est au monde
Ce que sont les fleuves et la mer
Aux torrents et rivières