Publié le

Le symbolisme de Pâques

Renaissance du Soleil

Fête de Lumière, Pâques est célébrée après l’équinoxe de printemps, le dimanche qui suit la première pleine lune de printemps. Elle marque la fin du solstice d’Hiver et le point à partir duquel le jour devient plus long que la nuit.

Dans son sens premier le mot Pâques signifie un passage1. Il s’agit d’un passage d’un état d’esclave à celui d’être libre. Dans les textes bibliques Pâques réfère à la libération du peuple hébreu de l’esclavage en Égypte. Avec l’avènement de la mise en croix de Jésus, l’événement acquiert le sens d’un passage à un nouvel état d’être vertical, transcendant où l’être humain est libéré totalement de la condition humaine. Dans l’hindouisme cette expérience se nomme Moksha (dans le bouddhisme, Nirvana) pour signifier la libération finale du cycle des morts et des naissances (Samsara), qui correspond aussi à un nouvel état d’être non conditionné et pleinement réalisé au niveau de l’âme.

N’est-ce pas le désir le plus profond de l’âme que d’être pleinement accompli et réalisé? Mais dans notre vie horizontale, nous vivons souvent sous l’esclavage de nos propres mécanismes et conditionnements, qui bloquent l’accès à cette liberté d’être et à l’expression de qui nous sommes vraiment au plan de l’âme.

Des modes d’être conditionnés, habitudes nuisibles ou régressives (attitudes autodestructrices, procrastination, préconception, préjugés, indifférence, etc.). Ces modes d’être deviennent un réel obstacle à l’éclosion d’une nouveauté d’être en soi et à une vie vécue de manière plus significative et heureuse.


L’obstacle majeur à l’éveil à son être lumière est le moi conscient aussi nommé l’ego qui veut tout gérer, prévoir, ou qui prétend tout savoir sur la manière dont ceci ou cela doit se passer. Cet état limitatif est souvent lié à l’inflation habituelle du moi qui désire tout contrôler. Cette identification à nos limitations ou à la prétention de l’ego de pouvoir tout régler devient un obstacle à notre rayonnement et réalisation personnelle ainsi qu’à une expérience plus vaste de la Réalité.

Nous défaire de nos conditionnements implique une conscientisation personnelle, une volonté profonde de vouloir changer qui vient en fait de notre âme ou Soi profond qui cherche la paix, l’épanouissement, le bonheur véritable.

Vivre sa Pâques au niveau expérientiel signifie vivre une résurrection intérieure afin de naître à qui nous sommes vraiment. Pour que surgisse cette percée de notre Soi profond, de l’être lumière que nous sommes, nous avons besoin de nous en remettre à une force supérieure.

La prière existe depuis des temps immémoriaux et elle est la solution psycho spirituelle la plus puissante pour réaliser un changement positif dans notre vie. La prière efficace se réalise lorsque le mental est calme, que l’état méditatif s’est installé en nous pour faire place à la réalité-vérité intérieure que nous avons à accueillir. Sans l’acte méditatif, le moi conscient essaie de toujours se justifier ou trouver des excuses en accusant les autres ou en essayant de nier la problématique réelle, ce qui empêche la percée de la lumière de la conscience en soi.

La prière, lorsqu’elle est sincère, vraie, survient donc lorsque l’ego devient capable de jeter les armes en réalisant que sa voie est celle de la souffrance et que l’attitude de révolte, de vengeance, de violence ou de fuite dans la négation de la problématique ou encore dans le divertissement ou la compensation matérielle ne pourra rien atténuer de la réelle souffrance intérieure. Lorsque le moi lâche enfin prise pour s’en remettre à une force supérieure bienveillante, compatissante, il y a un état pacifié qui s’installe en soi et la lumière de la conscience pointe vers de nouveaux horizons d’être, vers de nouvelles attitudes et solutions davantage alignées avec l’âme. C’est un état de grâce qui nous rend aptes à communier avec le divin, cœur à Cœur, âme à Âme. Et dans cette communion se réalise le réalignement avec notre plus grand Soi, notre âme, ou source intérieure de vie. Nous vivons alors une résurrection intérieure.

Toutes les grandes fêtes chrétiennes représentent des processus psycho-spirituels liés à l’évolution de Soi au plan vertical. Pâques représente ainsi cet ultime passage d’un état d’être limité à un état d’être enfin libre de manifester qui il est vraiment au plan de l’âme qui, à la source, est naturellement bienveillante, aimante, empathique et pacifiste.

Mon souhait soit que Pâques soit pour chacun une expérience intérieure de résurrection à la magnificence de l’âme. Que ce soit une réalité vécue dans le cœur de tout être humain sur la planète afin de faire de ce monde non plus un monde de violence ou d’égoïsme dominé par l’égo mais un monde à l’image des qualités innées de l’âme humaine, comme l’a exprimé dans son humanité Jésus.

Om Shanti

Auteure : Christina Sergi (2016)

Source : SPIRITUELITEDELETRE.COM

Notes :
1. Passage : Il semble que le mot Pâques vienne de l’hébreu Pessa’h, le passage, devenu pascha en latin. Pessa’h célèbre la fuite d’Egypte du peuple juif et le passage de la Mer Rouge. La Pâques juive est fêtée le jour de la pleine lune de printemps, le 14 Nizan. Or, selon les Evangiles, c’est la veille de Sabbat, durant la préparation de Pessa’h qu’eut lieu la crucifixion de Jésus. Sa résurrection, trois jours plus tard, est célébrée par la fête chrétienne, le dimanche suivant la pleine lune de printemps….