Publié le

Respirer par les pieds et les mains

Pieds Mains
Crédit : Pixabay

En méditation chinoise, cinq endroits ou centres (Wu Xin) sont considérés comme des portes par lesquelles le Qi corporel communique directement avec le Qi environnant. Ces centres sont le visage, les deux « sources bouillonnantes » (Yongquan) sous la plante des pieds, et les « deux palais de labeur » (Laogong) au centre des paumes. Le taoïste Han Xu Zu a écrit : « Les pieds respirent de façon continue et régulière, existant doucement. » Zhuang Zi a écrit : « Une personne ordinaire respire par la gorge, une personne vraie (un immortel) respire avec les pieds. »

Yongquan, Source bouillonnante
Yongquan (Source bouillonnante). Point n°1 du méridien du Rein (Rn1)
Le point Laogong (Palais de Labeur) - PC8
Laogong (Palais de Labeur). Point n°8 du méridien du Péricarde (PC8)

Les principales fonctions de ces centres ou portes sont :

Réguler le niveau de Qi dans le corps

Lorsque le corps est trop positif, du fait d’une fièvre par exemple, ces cinq portes libèrent du Qi afin de rafraîchir le corps. en cas de fièvre, un traitement utilisé très couramment par les médecins chinois consiste à tremper les pieds du malade dans de l’eau froide et à mettre de l’alcool au centre de ses paumes, puis à souffler dessus. Cela permet de faire descendre rapidement le niveau de Qi dans le corps, et par conséquent, de faire baisser la température corporelle. En été, lorsque nous avons très chaud, nous pouvons nous rafraîchir en nous lavant le visage et les mains à l’eau froide.

Sentir son environnement

C’est très souvent par le visage ou par les paumes que l’on ressent le froid en premier. C’est qu’il s’agit des centres ou portes qui permettent de communiquer avec l’environnement de la façon la plus directe. On doit être capable de sentir la nature du Qi environnant pour que le corps puisse y adapter son Qi protecteur afin de se protéger. Bien que les centres des pieds soient également conçus pour remplir ce rôle, ces portes sont devenues moins sensibles qu’autrefois à cause du port des chaussures fermées.

Absorber le Qi extérieur au corps

Lorsque l’on a froid, on utilise de l’eau chaude pour se laver le visage, les mains et les pieds. Lorsque l’on a un rhume, se tremper les mains et les pieds, dans de l’eau chaude réchauffe parce que cela permet d’absorber le Qi environnant par ces portes pour nourrir le corps. Dans le cadre du Qi Gong chinois, il est très important de s’entraîner à absorber le Qi environnant. Lorsque l’on est capable de le faire efficacement, on peut réduire la quantité de nourriture et d’air nécessaires au corps.

D’une façon générale, le centre du visage est la plus importante et la plus sensible des cinq portes. Les portes travaillent dans les deux sens : elles nous permettent de sentir ce qui se passe à l’extérieur de nous-mêmes, mais nous révèlent aussi ce qui se passe à l’intérieur. C’est le visage qui le premier peut sentir que l’air est chaud ou froid, et quatre des cinq sens se trouvent sur le visage ou dans la tête. D’un autre côté, le visage reflète très clairement nos émotions, et très souvent aussi, nos pensées. Au centre des paumes, se trouvent les points Laogong. Ce sont les portes qui guident la Qi vers la peau de toute la main et de tous les doigts. Plus le Qi s’écoule dans les paumes, plus il circule dans la peau des mains, plus le toucher devient sensible. Une bonne circulation du Qi dans les mains est également importante dans le travail manuel, et c’est pourquoi ces points sont appelés « Palais de Labeur » (Laogong). Les points qui se trouvent sous la pante des pieds jouent le même rôle. On les appelle « Source Bouillonnante » (Yongquan) parce que le Qi jaillit de ces points de façon continue.

Ces cinq portes étant les clés nécessaires à la régulation du Qi à l’intérieur du corps, les pratiquants du Qi Gong s’entraînent pour être capables de conduire efficacement le Qi dans ces cinq zones. Non seulement ils apprennent à libérer le Qi en excès, mais ils absorbent également le Qi de l’environnement. Cette pratique leur permet de réguler le Qi de leur corps en faisant appel au Qi naturel environnant, jugé plus pur et plus propre que le Qi postnatal (ciel postérieur) converti à partir de l’essence des aliments et de l’air. Les médecins pratiquants de Qi Gong exercent les deux portes de leurs paumes pour accroître leur efficacité lorsqu’ils souhaitent ajuster le Qi de leurs patients. Les adeptes des arts martiaux travaillent également ces deux points pour pouvoir guider le Qi plus efficacement jusqu’à leurs mains et énergétiser leurs muscles. Cela accroît également leur habileté à sentir l’énergie de leur adversaire, ce que les styles martiaux internes appellent « écouter avec la peau ». Ils travaillent également les portes de leurs pieds pour pouvoir sauter haut, courir vite et donner de puissants coups de pied. Ces exemples montrent que tous les styles de Qi Gong chinois accordent une grande importance au travail des cinq portes.

Dans la section précédente, nous avons vu que les pores de notre peau sont des millions de minuscules portes de Qi qui nous permettent de sentir notre environnement et d’échanger du Qi avec lui. Malheureusement, comme cela fait bien longtemps que nous protégeons notre corps de notre environnement naturel en portant des vêtements, nous avons perdu une grande partie de la sensibilité que nous avions et que les animaux possèdent toujours. Néanmoins, notre visage et nos mains ont conservé une grande part de leur sensibilité.

Pour pouvoir contrôler le Qi des portes, il faut apprendre à respirer par les centres des mains et des pieds. « Respirer » signifie échanger le Qi corporel avec le Qi de l’environnement en utilisant des techniques de respirations spéciales. D’une façon générale, la Respiration abdominale inversée taoïste est la méthode la plus simple. Dans l’entraînement taoïste, lorsque l’on inspire, on aspire le Qi des membres jusqu’au centre de son corps. En faisant cela, on se visualise en train d’absorber par les portes de Qi de l’environnement. Lorsque l’on expire, on guide le Qi jusqu’aux portes et on libère l’air.

Echanger le Qi à travers les portes du Qi (Laogong et Yongquan)
Changer le Qi à travers les portes du Qi

Après un long entraînement, on parvient à sentir ces portes respirer en même temps que soi. On doit aussi s’entraîner jusqu’à ce ce que cela devienne naturel et que l’on ait plus besoin de se concentrer pour y parvenir. Il faut réguler sa respiration jusqu’à ce que l’on n’ait plus besoin de le faire consciemment. Bien sûr, avant de pouvoir respirer à l’aide de ces portes, il faut avoir maîtrisé toutes les technique de respiration élémentaires que nous avons abordées précédemment.

Dr Yang Jwing Ming

Articles connexes