Publié le

L’attitude tantrique

Suivre le courant de la rivière

L’attitude tantrique est l’essence de Tilopa1. Vous devez tout d’abord comprendre ce qu’est l’attitude tantrique, et ensuite il vous sera possible de comprendre ce que Tilopa essaie de dire.

Voici donc quelques mots au sujet de l’attitude tantrique. Premièrement, il ne s’agit pas d’une attitude, car le Tantra est une vision globale de la vie. Il conçoit la vie sans aucune attitude spécifique. Il n’a pas de concept, ce n’est pas une philosophie. Ce n’est même pas une religion, il n’a pas de théologie. Il ne croit pas aux mots, ni aux théories ni au aux doctrines. Il désire voir la vie sans aucune philosophie, sans théorie, sans théologie. Il veut voir la vie telle qu’elle est, sans y mêler le mental – sinon elle serait déformée. Car le mental projetterait, le mental mélangerait tout, et ensuite vous ne pourriez pas connaître ce qui est.

Le Tantra ignore le mental et rencontre la vie face à face sans jamais penser : « Ceci est bien » ou « Ceci est mal ». Il se contente de faire face à ce qui est. Ainsi il est difficile de dire que le Tantra est une attitude, en fait c’est une non-attitude.

La deuxième chose dont il faut se souvenir, c’est que le Tantra dit oui à tout. Son vocabulaire ne connaît pas le non, la négation n’existe pas. Il ne dit jamais non à quoi que ce soit, car avec le non le combat commence, avec le non vous devenez l’ego. A partir du moment où vous dites non à quelque chose, vous êtes déjà transformé en ego, un conflit naît, et alors vous êtes en guerre.

Le Tantra aime, et son amour est inconditionnel. Il ne dit jamais non à quoi que ce soit, car toute chose est partie du Tout et chaque chose a sa place particulière dans le Tout. Le Tout ne peut exister si quelque chose lui manque.

Il est dit que si une seule goutte d’eau manquait, l’existence tout entière aurait soif. Vous cueillez une fleur dans votre jardin, et vous enlevez quelque chose à l’existence entière. Vous nuisez à une fleur, et vous avez nui à des millions d’étoiles car tout est relié. Le Tout existe en tant que totalité, en tant que Tout organisé. Le Tout n’est pas une chose mécanique – chaque chose est liée aux autres choses.

Le Tantra dit oui inconditionnellement. Jamais aucune autre vision de la vie n’a dit oui sans condition – simplement oui. Le non disparaît. Il disparaît à votre véritable essence. Quand le non n’existe pas, comment pouvez-vous lutter ? Comment pouvez-vous être en guerre ? Vous vous abandonnez simplement. Vous vous fondez et vous vous dissolvez. Vous devenez un. Il n’y a plus de frontières. Le non crée la frontière. Le non est la frontière de ce qui vous ceint. Lorsque vous dites non, observez – immédiatement quelque chose se ferme. Lorsque vous dites oui, votre être s’ouvre.

Le véritable athée est celui qui dit continuellement non à la vie. Son non à Dieu est uniquement symbolique. Vous pouvez croire en Dieu, mais si vous dites non à tout, votre croyance n’a pas de valeur, votre Dieu est uniquement une supercherie – car il n’y a qu’un authentique oui qui puisse créer un Dieu réel, révéler le vrai Dieu. Quand vous dites totalement oui à l’existence, l’existence entière en est subitement transformée. Il n’y a plus de rochers, plus d’arbres, plus d’êtres, plus de rivières, plus de montagnes – subitement tout cela est devenu un, et cette unicité, c’est Dieu.

Un véritable croyant est un être qui dit oui à tout, pas seulement à Dieu… Car le mental est très rusé et vous pouvez dire oui à Dieu et non au monde. Cela est arrivé. Des millions d’êtres ont gâché leur vie à cause de cela. Ils disent oui à Dieu et non à la vie. En fait, ils pensent que tant que vous ne dites pas non à la vie, comment pouvez-vous dire oui à Dieu ? Ils créent une division. Ils nient le monde pour accepter Dieu. Ce pendant une acceptation fondée sur un refus n’est pas une acceptation du tout. Elle est fallacieuse. C’est une simulation. Comment pouvez-vous accepter le créateur sans accepter sa création ? Si vous dites non à la création comment pouvez-vous dire oui au créateur ? Le créateur et la création ne sont pas deux choses : le créateur est la création. En fait rien ne sépare le créateur de sa création, c’est un processus continu de sa créativité. D’un côté la créativité ressemble au créateur, de l’autre côté la créativité ressemble à la création – mais ils ne sont que les deux pôles du même phénomène2.

Le Tantra dit que si vous dites oui, vous dites oui totalement, vous ne l’opposez à aucun non. Pourtant toutes les religions l’ont fait. Elles disent non au monde, et oui à Dieu. Elles disent non au monde avec véhémence, de façon à ce que leur oui soit plus fort. Beaucoup de soi-disant saints ont dit : « Dieu nous t’acceptons, mais nous n’acceptons pas ton monde ». Mais de quel genre d’acceptation s’agit-il ? Est-ce de l’acceptation ? Vous faites un choix. Vous divisez l’existence en deux. Vous vous placez au-dessus de Dieu en disant : « Ceci, nous l’acceptons, et cela, nous le rejetons ». Toute renonciation découle de cela.

Celui qui renonce n’est pas religieux. Dans l’esprit du Tantra, celui qui renonce est égoïste. D’abord il amassé des choses du monde, mais son attention était sur le monde. Maintenant il renonce, mais son attention est toujours sur le monde et il demeure égoïste. L’ego a des façons subtiles de s’accomplir lui-même, en revenant sur lui-même en spirale. Il revient encore et toujours – avec un nouveau visage, avec de nouvelles couleurs.

Alors que je séjournais dans mon village, Mulla Nasruddin3 vint me rende visite. A cette époque, il habitait New Delhi, la capitale, et il en était tellement imprégné que cela le rendait presque aveugle. Je l’emmenai jusqu’à la modeste fortification de mon village. Là, il dit : « Comment! Tu appelles cela une fortification ? Tu devrais venir à New Delhi voir le Fort Rouge. Celui-ci n’est rien! » Je l’emmenai près de la rivière, et dit dit :  » Comment ! Tu appelles cela une rivière ? Je n’ai jamais vu une rivière si asséchée et si mal en point ». Et ceci se reproduisit partout.

Puis vint la nuit de pleine lune; je pensai qu’il apprécierait au moins la pleine lune et qu’il ne dénigrerait pas encore ce petit village. Et bien non, je me trompais. Je l’emmenai près de la rivière. C’était une belle soirée silencieuse, bientôt la lune s’éleva, énorme, simplement éblouissante. Je me tournai vers Nasruddin et lui dis : « Regarde ! Quelle lune gigantesque ». Il regarda la lune, haussa les épaules et dit : « Pas mal pour un si petit village ».

Le mental est ainsi : il persiste, il vient en spirales – il revient encore et toujours à la même chose. Vous pouvez renoncer au monde, mais vous ne vous détacherez pas de ce monde pour un autre. Vous demeurerez ancré dans ce monde. Et si voulez savoir ce qu’il en est, allez chez les moines hindous, les sadhous : Ils demeurent complètement dans ce monde, enracinés dans ce monde. Ils ont renoncé à tout, mais leur attention est centré sur le monde, le attention est centrée sur le renoncement, leur attention est centrée sur l’ego, dirigée vers l’ego. Ils peuvent penser que par leur le renoncement ils s’approchent de Dieu – non. personne n’a jamais atteint le Divin en disant non à toute chose.

C’est la vision du Tantra. Le Tantra dit : « Dites oui. Dites oui à toute chose. Vous n’avez pas besoin de lutter, vous n’avez même pas besoin de nager – simplement, laissez-vous porter par le courant. La rivière s’écoule à son propre rythme, et tout atteint l’océan ultime. Simplement, vous ne créez aucune perturbation, vous ne forcez pas la rivière, vous vous laissez aller avec elle ». Le tantra consiste à se laisser aller avec elle, se laisser porter par elle, se détendre en elle. Si vous pouvez dire oui, une profonde acceptation émerge en vous. Si vous dites oui, comment pouvez-vous vous plaindre ? Comment pouvez-vous être malheureux ? Alors chaque chose est telle qu’elle doit être. Vous ne luttez pas, vous ne dénigrez pas – vous acceptez. Et souvenez-vous, cette acceptation est différente de l’acceptation ordinaire.

Généralement une personne accepte une situation quand elle se sent sans ressource : c’est une acceptation d’impuissance. Celle-ci ne vous mènera nulle part. une personne accepte une situation quand elle se sent désespérée : « Rien ne peut être fait, alors que faire ? Au pire accepter, pour sauver la face ». L’acceptation tantrique est de tout autre nature. elle provient d’une plénitude débordante, elle provient d’une profonde satisfaction – pas d’un désespoir, d’une frustration ou de l’impuissance. Elle vient lorsque vous ne dites pas non, elle émerge soudain en vous. Votre être tout entier devient une satisfaction.

Cette acceptation a sa beauté propre. Elle n’est pas forcée, vous ne vous êtes pas entraîné. Si vous vous exercez, cela sera faux, cela sera hypocrite. Si vous vous exercez, vous serez partagé en deux : extérieurement ce sera l’acceptation et en profondeur se cacheront le tourment, la négation, le rejet. Profondément en vous, vous bouillonnerez au point d’exploser à tout instant. Vous ne pourrez pas feindre l’acceptation qu’en surface.

L’acceptation tantrique est total, elle ne vous divise pas. Toutes les religions du monde, excepté le Tantra, ont créé des personnalités divisées. Toutes les religions du monde, le Tantra excepté, ont créé la schizophrénie. Elles vous divisent. Elles créent le bien et le mal en vous. Et elles vous disent d’atteindre le bien et de rejeter le mal. Alors vous devez rejeter le Diable4 et accepter Dieu. Elles créent la division en vous et la lutte. Alors vous vous sentez continuellement coupable, car de quelle manière pouvez-vous détruire une partie de vous-même qui fait organiquement un avec vous ? Vous pouvez l’appeler mauvais, vous pouvez lui donner des noms : cela ne fera aucune différence. Comment pouvez-vous la détruire ? Vous ne l’avez jamais créée. Vous l’avez seulement trouvée – elle est donnée. La colère est là, le sexe est là, l’avidité est là – vous ne les avez pas créés. Ils sont des éléments reçus de la vie , tout comme vos yeux et vos mains. Vous pouvez leur attribuer des noms, vous pouvez les qualifier de laids ou de magnifiques, ou de ce qui vous plaît, mais vous ne pouvez pas les tuer. Rien de ce qui existe ne peut être tué, rien ne peut être détruit.

Le Tantra dit qu’un transformation est possible, mais pas une destruction. Et la transformation vient lorsque vous acceptez votre être dans sa totalité. alors soudain tout s’ajuste, chaque chose prend sa propre place. La colère est aussi intégrée, l’avidité est aussi intégrée. Alors, sans vouloir retrancher quoi que ce soit de votre être, votre être tout entier se réorganise de lui-même. Si vous acceptez et dites oui, cette réorganisation se produit, et là où auparavant une clameur bruyante grondait, naît une musique, une mélodie. Une harmonie s’installe en vous

à Suivre…

Source: Tantra – Suprême Sagesse de Osho

Infos :

1. Tilopa (988-1069 ap. J.-C.) : maître indien de la tradition du bouddhisme tantrique et du Mahamoudra (« Grand sceau » : désigne un système de méditation utilisé dans le bouddhisme pour atteindre l’éveil, la réalisation de la nature ultime de l’esprit et de la vacuité).

2. Comme le Yin et le Yang

3. Mulla Nasruddin (1208-1285) : personnage mythique de la culture musulmane, philosophe d’origine turque, qui s’appelait aussi Nasr Eddin Hodja. Ses histoires peuvent être appréciées pour l’absurdité amusante que révèlent la plupart des situations. Mais elles peuvent aussi être interprétées comme des contes moraux ou des histoires présentant un contenu spirituel. Ainsi, Idries Shah a compilé des recueils des histoires de Nasr Eddin Hodja pouvant être lues sur un plan spirituel, suivant la tradition soufie.

4. Diable (en latin : diabolus, du grec diábolos, issu du verbe diabállô, signifiant « celui qui divise » ou « qui désunit » ou encore « trompeur, calomniateur ») est un nom propre général personnifiant l’esprit du mal.