Publié le

L’automne

L'automne

L’automne est associé au POUMON, à l’OUEST, à la sécheresse, à la couleur blanche, à la saveur piquante… à la soirée…

Selon le chapitre 2 du SU WEN1 :

Les trois mois de l’automne sont appelés :
Surabonder et équilibrer ;
les souffles du Ciel se pressent,
les souffles de la Terre montrent leur munificence.
On se couche tôt, on se lève tôt,
on a les mouvements du coq.
On exerce le vouloir dans la paix et la tranquillité,
Pour adoucir l’effet répressif de l’automne,
récoltant les esprits et amassant les souffles,
secondant le riche équilibre des souffles de l’automne,
sans laisser le vouloir se répandre au dehors,
secondant la pureté propre aux souffles du poumon.
Ainsi se conforme-t-on aux souffles de l’automne,
la voie pour l’entretien de la récolte de la vie.

Les mots-clés, on le sent à cette lecture, sont récolte, rassemblement des forces, arrêt de la croissance, palier, paix, équilibre, concentration, amorce du retrait.

Les saisons selon le principe Yin Yang

Le YIN s’installe, le YANG décline, en douceur, sans brusquerie. On doit continuer à se lever tôt, mais déjà, progressivement, il est bon de se coucher plus tôt.

Notons que le début de l’automne se manifeste dès la 2ème semaine d’août. La terre a produit ses fruits, la manifestation d’expansion se calme et marque un palier. Il faut engranger pour se préparer à l’hiver. Puis, peu à peu, l’énergie amorce le retour vers la profondeur.

C’est le moment de préparer le retour à une vie intérieure, la rentrée dans sa maison. Le Ciel semble se retirer, avec la chaleur et la lumière.

L’automne manifeste également un aspect subtil de destruction/transformation, aspect que l’on pourrait comparer à celui du signe du Scorpion.

Plus que jamais, non seulement il ne faut pas se révolter de la situation mais encore il faut essayer au maximum de s’associer au mouvement de retrait.
S’opposer au mouvement de l’automne, c’est comme si un homme se lamentait d’entrer dans la cinquantaine ou qu’une femme craigne de voir ses cycles s’arrêter.

Exercices de Qi Gong recommandés en cette saison

La répétition des mouvements ci-dessous permet d’évacuer le sentiment de tristesse lié à la chute des feuilles et de renforcer l’énergie des Poumons ainsi que l’énergie défensive (Wei Qi). Ces exercices aident à traiter les pathologies liées au couple Poumons / Gros Intestin (rhume, toux, état grippal, gastro, sinusite, encombrement des voix nasales, allergies, eczéma,…)

Jeu des cinq animaux
Le vol de la grue
La grue s’étire

Bannière de Mawangdui
Bander l’arc,
Le coq se dresse sur ses ergots,
La grue d’ébroue dans l’étang,
Le souffle du crapaud de lune,
L’épervier migre au nord.

Huit pièces de brocart
Viser l’aigle au loin avec un arc

Les six sons thérapeutiques
Expirer le phronème « Sssssiiiiii »

Respirer profondément

L’une des meilleures façons de renforcer les poumons est de respirer profondément. Cela semble si simple, mais la plupart d’entre nous ne respire pas du tout profondément et cela affecte la force de notre énergie vitale, notre système immunitaire ainsi que notre mémoire. Lorsque nous respirons profondément en pleine conscience, nous inondons nos cellules et notre cerveau d’oxygène qui nourrit le corps tout entier. Nous absorbons également le Qi de l’air (le prana chez les hindous) que les poumons utilisent pour remplir les nombreuses fonctions qui nous maintiennent en bonne santé. La meilleure chose à faire est de se promener à l’extérieur afin de profiter des effets bienfaisants de l’air frais et pur de l’automne.

Exercice respiratoire

Respirer par le nez et avec le ventre (respiration abdominale), en absorbant le plus d’air possible. Une fois que les poumons sont bien remplis, tenir les poumons pleins pendant environ 5 secondes. Puis, expirer par la bouche jusqu’à ce que vos poumons soient complètement vides. Respirer 3 fois de cette façon. Répéter cet exercice 3 fois par jour.

Diététique – Les aliments bénéfiques en automne

Parce que le temps commence à se rafraîchir en automne, c’est une bonne idée de manger moins d’aliments rafraîchissant, comme les salades et les aliments crus en cette période de l’année. Des temps de cuissons plus longs et des ingrédients plus copieux sont consommés à l’automne pour aider à nourrir le corps et soutenir le système immunitaire tout au long des mois d’hiver. Pour soutenir le système digestif,  préférer les soupes et les ragoûts car leurs temps de cuissons sont plus longs, ce qui facilite leur digestion. Et comme l’automne est une saison associée au vent et à la sécheresse, il est important de manger des aliments Yin hydratants comme le champignon Trémelle fucus2.
Les aliments qui nourrissent les poumons sont consommés en automne. Ci-dessous, une liste d’aliments bénéfiques à consommer à l’automne.

  • Ail
  • Patate douce
  • Gingembre
  • Oignon
  • Chou
  • Poires
  • Noix
  • Poivre noir
  • Radis
  • Riz
  • Chili
  • Cannelle
  • Cardamone
  • Poireaux
  • Miso
  • Flageolets blancs
  • Soja
  • Amandes
  • Asperges
  • Brocoli
  • Concombre
  • Céleri
  • Abricot
  • Banane
  • Oeufs
  • Pain au levain
  • Choucroute
  • Olives
  • Cornichons
  • Vinaigre
  • Fromage
  • Yaourt
  • Citrons
  • Limes (citrons verts)
  • Pamplemousses
  • Pommes
  • Prunes
  • Raisins.
Notes :

1. Su WenHuangdi neijing (Classique interne de l’Empereur jaune) aurait été conçu entre la période des Royaumes combattants et celle de la dynastie des Han. Il constitue une somme des connaissances médicales chinoises jusqu’à l’époque de la dynastie Han. Il s’agit du plus ancien ouvrage existant sur la médecine chinoise. L’ouvrage est divisé en deux parties : le Su wen (Questions de base) et le Ling shu (Poinçon sacré). Le Su wen est rédigé sous forme de questions-réponses mettant en scène l’Empereur jaune et différents médecins de la haute antiquité. L’ouvrage expose les conceptions de la médecine chinoise sur la maladie, les médicaments, le diagnostic et le traitement. Il est toujours considéré comme un classique dans la pratique actuelle de la médecine chinoise.

2. Trémelle fucus : sporophores gélatineux, blanchâtre aqueux, jusqu’à 7,5 cm (plus grands en culture), constitués frondes branchues minces mais dressées, semblables à des algues, souvent crispées à la marge.

Trémelle fucus
Trémelle fucus