Publié le

Le subconscient

Regard au fond de soi
Crédit : Pixabay

Dans le Védanta1, l’esprit subconscient est appelé chitta. Une grande part de son contenu consiste en expériences enfouies, en souvenirs repoussés à l’arrière plan mais pouvant être retrouvés.

Quand on vieillit, le premier symptôme d’une mémoire déficiente, c’est la difficulté à se souvenir du nom des gens. La raison n’et pas difficile à trouver : tous ces noms sont arbitraires, ils sont comme des étiquettes. On ne peut rien leur associer. C’est généralement par le biais d’associations que l’esprit se souvient, car ainsi les empreintes subtiles s’inscrivent profondément. Dans la vieillesse, on peut se souvenir de certains passages de textes étudiés au lycée ou à l’université, mais on a du mal à se souvenir le soir de ce qu’on lu le matin. Ceci est dû au fait que l’esprit a perdu sa capacité d’appréhender les idées. Les cellules sont sont dégénérées. Les surmenage mental, le non-respect de la chasteté, une vie remplie d’occupations, de soucis et d’anxiété entraînent rapidement des pertes de mémoire. Par contre, même dans la vieillesse, on peut se souvenir d’évènements lointains, car ceux-ci s’accompagnent d’associations.

Les processus mentaux sont uniquement limités à la conscience. Le domaine de l’activité mentale subconsciente est beaucoup plus vaste que celui de l’activité mentale consciente. Au moment opportun, des messages surgissent comme l’éclair du subconscient (que les védantins2 appellent chitta). Dix pour cent seulement de l’activité mentale passe au niveau conscient. Au moins quatre-vingt pour cent de notre vie mentale est subconsciente. Par exemple, nous nous débattons avec un problème sans réussir à le résoudre ; nous laissons notre regard errer, puis nous essayons à nouveau, sans plus de succès. Soudain, une idée jaillit et nous conduit à la solution du problème : ceci est l’œuvre de processus subconscients.

Parfois, vous vous endormez avec la pensée que vous devez vous levez très tôt le lendemain matin pour prendre le train. Le subconscient s’empare de ce message et c’est lui qui va infailliblement vous réveiller à l’heure précise. Le subconscient est votre constant compagnon et votre ami fidèle. Le soir, malgré des tentatives répétées, vous ne parvenez pas à résoudre un problème d’arithmétique ou de géométrie. Quand vous vous levez le lendemain, une réponse claire vous vient à l’esprit : elle a surgi comme un éclair du subconscient. Même pendant le sommeil, celui-ci s’active sans relâche. Il met en ordre, classe, compare, trie les faits et trouve une solution satisfaisante. C’est à lui que l’on doit tout ce travail.

Avec l’aide de votre subconscient, vous pouvez transformer votre mauvaise nature en cultivant des qualités et des vertus qui s’opposeront aux caractéristiques indésirables. Si vous voulez vaincre la peur, niez mentalement que vous avez peur et concentrez votre attention que la qualité inverse, l’idéal du courage. Quand ce dernier commence à s’imposer, la peur s’évanouit d’elle-même. Le positif triomphe toujours du négatif. C’est une loi infaillible de la Nature. […] Vous pouvez changer vos habitudes, vos idées, vos idéaux, vos goûts, votre caractère en en implantant d’autres dans votre subconscient.

Les fonctions de chitta sont la mémoire, la concentration et l’investigation. Lorsqu’on répète un mantra, c’est le subconscient qui l’enregistre. Il travaille beaucoup, et fait un meilleur travail que l’esprit conscient ou la buddhi3.

Actions, jouissances et expérience laissent leurs empreintes dans le subconscient. celles-ci (samskara4) entraînent les renaissances et de nouvelles expériences de plaisir et douleur. La stimulation de ces empreintes subtiles déclenche les souvenirs. Le yogi plonge profondément à l’intérieur de lui-même et entre en contact direct avec les samskara. Il les perçoit directement au moyen de la vision yoguique intérieure. En pratiquant samyama5 sur les samskara d’autres personnes, il obtient également la connaissance de leurs vies antérieures.

Lorsque vous cherchez à vous souvenir de quelque chose, il vous faut faire un effort psychique. Vous devez naviguer dans les différents niveaux du subconscient, puis choisir l’élément approprié parmi un curieux assortiment de données hétéroclites. De même que l’employé travaillant dans un centre de tri postal prend la lettre appropriée en déplaçant la main vers le haut ou vers le bas des différentes cases, de même le « trieur » du subconscient se déplace vers le haut ou vers le bas des « cases » subconscientes et ramène l’élément approprié au niveau de la conscience ordinaire. Le subconscient peut sélectionner l’élément adéquat parmi des quantités de données diverses.

L’empreinte subtile d’une expérience se forme dans le subconscient à l’instant même où l’esprit fait l’expérience de quelque chose. Il n’y a pas d’intervalle entre l’expérience présente et la formation d’un samskara dans le subconscient.

La mémoire est une fonction du subconscient. Dans le Védanta, elle est considérée comme une faculté ou une catégorie séparée, parfois intégrée à l’esprit. […]

Auteur : Swami Shivananda


Notes :

1. Védanta : terme sanskrit signifiant par « fin, aboutissement, conclusion des Vedas ». Ce terme désigne une école de philosophie indienne āstika.
2. Védantins : Adeptes du Védanta
3. Buddhi : terme sanskrit signifiant dans la philosophie indienne la capacité d’intelligence liée à la réflexion et la discrimination.
4. Samskara : terme sanskrit désignant dans l’hindouisme les impressions à la suite d’une action, les tendances résiduelles subconscientes
5. Samyama : terme sanskrit signifiant « maîtrise de soi »