Publié le

Mythologie chinoise – Les quatre symboles

Phenix - L'oiseau vermillon
Le phénix ou oiseau vermillon est l’un des quatre symboles (Si Xiang)

Les quatre symboles (Sì Xiàng , signifiant littéralement « quatre images »), sont quatre créatures mythologiques apparaissant parmi les constellations chinoises le long de l’écliptique, et considérées comme les gardiens des quatre orients. Ces quatre créatures sont également désignées par une variété d’autres noms, y compris « Quatre Gardiens », « Quatre Dieux » et « Quatre Bêtes Auspicieuses ».

Ils sont :

  • le dragon azur présente les caractéristiques de tous les dragons. Il est associé à l’Est (élément : bois) ;
  • l’oiseau vermillon correspond au phénix. Il est associé au Sud (élément : feu) ;
  • le tigre blanc est associé à la puissance militaire. Un jade blanc portant la représentation d’un tigre était offert aux généraux. Selon les Annales de Wu et Yue, trois jours après l’enterrement d’un roi, un tigre blanc formé par la concrétion de l’élément métal apparaît sur sa tombe. La couleur blanche signale de plus un animal magique à la longévité exceptionnelle, car on prétend qu’un tigre qui réussit à survivre cinq cents ans devient blanc. Il est associé à l’Ouest (élément : métal) ;
  • la tortue noire, appelée également le « guerrier noir », est aussi le nom d’un dieu astral. Il est le gardien du Nord (élément : eau).

Chacune des créatures est le plus étroitement associée à une direction cardinale et à une couleur, mais représente également d’autres aspects, y compris une saison de l’année, une vertu et l’un des « cinq éléments » chinois (bois, feu, terre, métal , et de l’eau). Chacun a reçu ses propres caractéristiques individuelles et son histoire d’origine. Symboliquement et dans le cadre de croyances spirituelles et religieuses, ces créatures ont été culturellement importantes dans les pays de la sphère culturelle de l’Asie de l’ Est.

Dans le Taoïsme, les quatre symboles ont reçu des identités et des noms humains. Préalablement à certaines méditations taoïstes comme celles de l’école Shangqing1, le pratiquant invite les quatre animaux, « esprits » des quatre orients, qui viennent garder chacun à sa place l’espace de méditation.

Quatre bêtes auspicieuses Cinq directions Cinq saisons Cinq couleurs Wuxing Quatre symboles Yao Nom chinois
Dragon Azur Est Printemps Vert Bois Shaoyang
(Petit Yang)
Meng Zhang
Oiseau vermillon (Phénix) Sud Eté Rouge Feu Taïyang
(Grand Yang)
Ling Guang
Tigre blanc Ouest Automne Blanc Métal Shaoyin
(Petit Yin)
Jian Bing
Tortue noire Nord Hiver Noir (ou bleu abysse) Eau Taïyin
(Grand Yin)
Zhi Ming
Dragon jaune ou Qilin (licorne jaune) Centre Eté indien Jaune Terre

 

Symbole Yi-Yang et les quatre animaux auspicieux
©Patrick Maton

 

Les quatre symboles sont étroitement liés à la philosophie yin-yang. Fuxi2 a expliqué les quatre symboles comme l’une des étapes de la création du monde, de la manière suivante :

Cosmologie chinoise - Création des qautre symboles
©Patrick Maton

L’ Infini (無極wuji ) produit le délimité (有 極youji ), et cette démarcation est équivalente à l’Absolu (太極taiji ). Le Taiji (les deux forces opposées sous forme embryonnaire) produit deux formes, nommées yin-yang (陰陽) (qui sont appelées Liangyi (les forces opposées manifestées).

Autrement dit, lorsque le cosmos est une masse indifférenciée, la force de vie créatrice (Yuan Chi) n’a aucune expression. Wuji engendre alors le Taiji; et le Taiji engendre à son tour les deux opposés cosmiques (Liang Yi), à savoir le Yin et le Yang. Les polarités mystérieuses et changeantes du couple duel Yin et Yang libèrent l’énergie primordiale et créatrice (« Yuan Chi » ou « Yuan Qi« ) qui donne alors naissance à toutes les choses de l’univers dans leurs manifestations protéiformes sans fin (les 10.000 êtres dans la cosmologie chinoise).

Ces deux formes produisent quatre phénomènes :

  • nommé Petit yin (少陰shaoyin ), Grand yin (太陰taiyin, qui fait également référence à la Lune ),
  • le Petit yang (shaoyang ) et le Grand Yang (太陽taiyang , qui fait également référence au Soleil ).
  • Les quatre phénomènes (四象Sìxiàng ) agissent sur les huit trigrammes (八卦Bagua ), huit fois « huit » aboutissent à soixante-quatre hexagrammes.
Notes :

  1. Ecole Shangqing ou Clarté suprême est un mouvement taoïste qui est apparu pendant l’aristocratie de la dynastie des Jin occidentaux (265-420). Shangqing peut être traduit par « Clarté suprême » ou « Clarté la plus élevée ». Le premier dirigeant de l’école était une femme, Wei Huacun. Selon ses hagiographes de Shangqing, sa dévotion aux cultures taoïstes a impressionné un certain nombre d’immortels au point de recevoir des révélations de leur part rassemblées dans 31 volumes d’écritures taoïstes qui deviendraient le fondement du taoïsme de Shangqing.
    Plus tard, Tao Hongjing a structuré la théorie et la pratique et a compilé le Canon. Il a grandement contribué au développement de l’école qui a eu lieu vers la fin du 5ème siècle. La montagne près de Nanjing où Tao Hongjing avait sa retraite, Maosha, reste aujourd’hui le siège principal de l’école. La pratique du Shangqing valorise les techniques de méditation de visualisation et de respiration, ainsi que les exercices physiques, par opposition à l’utilisation de l’alchimie et des talismans. La récitation du Canon sacré joue un rôle tout aussi important. La pratique était essentiellement individuelle, contrairement aux pratiques collectives de l’école du Maître céleste ou de l’école de Lingbao. Recrutant des classes sociales élevées, pendant la dynastie Tang, Shangqing était l’école dominante du taoïsme, et son influence se retrouve dans la littérature de l’époque. L’importance de l’école ne commença à diminuer qu’à partir de la seconde moitié de la dynastie Song. Sous la dynastie Yuan, le mouvement était connu sous le nom de Maoshan et l’accent est passé de la méditation aux rituels et aux talismans.
  2. Fuxi : personnage mythique de la mythologie chinoise dont l’origine remonte à l’antiquité, héros civilisateur, chef du peuple Huaxia, fondateur de la médecine traditionnelle chinoise, créateur de caractères chinois dont les huit trigrammes, et le premier dieu des trois Augustes.