Burnout : les effets positifs du Qi gong

Burnout : les effets positifs du Qi gong

Le burnout est un état d’épuisement à la fois physique et moral qui peut avoir de très lourdes conséquences sur la santé. Dans certains cas extrêmes, ces conséquences peuvent être irrémédiables.

C’est un phénomène particulièrement fréquent dans le milieu professionnel. L’ambiance au travail, la compétition, la pression des supérieurs hiérarchiques, le stress permanent, sont quelques uns des principaux facteurs déclencheurs du burnout.

L’apparition de signes d’anxiété et de mal-être, la perte de compétences et de confiance en soi ainsi que la dépression et la baisse de résistance aux infections, en sont autant de signes annonciateurs. Il est souvent difficile de déceler ces derniers et de les quantifier pour mieux les prévenir.

La prévention par le Qi gong

Le Qi gong, cet art ancestral chinois basé sur une gymnastique traditionnelle et une certaine science de la respiration, peut aider à prévenir le burnout. En outre, des études ont prouvé que les personnes pratiquant une activité physique régulière -et notamment les arts martiaux- sont capables d’en déceler plus rapidement les premiers signes.

En associant mouvements lents, exercices respiratoires et concentration, le Qi gong permet de se sentir mieux dans son corps et dans sa tête. Les mouvements exécutés avec lenteur sont censés améliorer la circulation de l’énergie dans le corps et de lutter à priori contre le stress et l’hypertension. Très courante en Chine, la pratique gagne à être plus connue en Europe ainsi que dans le reste du monde.

Aujourd’hui, le Qi gong n’est plus une activité exclusivement réservée aux retraités ou aux gens en mal d’être. On le retrouve de plus en plus dans des champs d’intervention inattendus comme en entreprise ou encore, plus surprenant, en milieu carcéral.

Poursuivre la lecture

Qu’est-ce que la méditation ?

Depuis des milliers d’années, les pratiquants connaissent les bienfaits de la méditation, ce que confirment les recherches scientifiques de ces dernières décennies. La méditation n’est pas une croyance ou une religion et ne nécessite pas d’être moine ou ascète et de se retirer du monde pour pratiquer. Nul besoin non plus de changer sa vie pour s’y exercer. Cet art est accessible à tous.

La méditation consiste essentiellement à s’entraîner à porter l’attention vers l’intérieur de soi et à s’exercer au lâcher-prise où l’on accepte que les pensées défilent, “comme des nuages dans le ciel”, sans pour autant se laisser captiver par elles.

Quand nous méditons en pleine conscience, nous choisissons un objet qui peut être l’écoute d’un son, de sa propre respiration ou la contemplation d’une image mentale,… sur lequel nous concentrons notre esprit. Au début, il est normal d’être souvent distrait car l’attention n’est pas suffisamment développée pour la maintenir solidement sur l’objet de la méditation. Lorsque ces distractions se produisent, que ce soient des pensées, des bruits, des odeurs, il suffit de laisser l’attention aller vers eux et de les considérer comme des objets de méditation, et d’observer ce qui vient sans jugement de valeur, sans chercher à comprendre, sans s’y attacher et sans les rejeter. Ce “vagabondage” de l’esprit terminé, l’attention retourne tranquillement à l’objet initial de la pratique. De cette façon, nous restons conscients de tout ce qui arrive et de tout ce qui se présente aux portes de nos six sens. En gardant l’esprit fixé sur l’objet de méditation.

“Le méditation consiste à être conscient de chaque pensée, de chaque sentiment, à ne jamais les juger en bien ou en mal, mais à les observer et à se mouvoir avec eux. En cet état d’observation, on commence à comprendre tout le mouvement du penser et du sentir. De cette lucidité, naît le silence.”
Jiddu Krisnamurti (1895-1986)

Les techniques de méditation sont nombreuses et peuvent se pratiquer debout, assis, en marchant, les yeux ouverts, mi-clos ou fermés, silencieusement ou en répétant un son ou une formule (mantra), l’esprit concentré sur une image ou non. Toutes ces méthodes consistent d’abord de s’entraîner à maintenir son attention et à empêcher l’esprit de se laisser distraire par les pensées qui surgissent sans cesse. A cette fin, la plupart des approches préconisent de se concentrer sur un objet qui occupe tellement l’esprit qu’il se laissera de moins en moins distraire par les pensées.

Exemples de techniques de méditation
– Une vibration sonore : la syllabe germe “AUM”, par exemple, peut être prononcée (chantée) à voix haute ou répétée mentalement.
– Une image mentale : une fleur, un arbre, la lune, un lac. De façon plus générale, ce peut être un paysage ou quoi que ce soit qui nous inspire et nous apaise.
– La respiration : la technique probablement la plus courante aujourd’hui consiste à écouter/ressentir le mouvement de l’air qui entre dans le corps, qui en est expulsé, qui entre encore… Comme la respiration est un mouvement permanent et infaillible, elle est un bon moyen pour ancrer l’attention.
Pratiquées quotidiennement ces techniques amènent un apaisement du mental et le rétablissement de l’harmonie entre le corps et l’esprit.