L’expansion de conscience

Expansion de conscience

De la même façon que nous pouvons façonner notre corps à volonté, nous pouvons changer notre esprit. Nous façonnons le corps quand nous mangeons moins et que nous maigrissons ou quand nous mangeons plus et que nous grossissons, quand nous buvons trop d’alcool et que nous nous abîmons le foie ou quand nous fumons trop et que nous endommageons nos poumons. Nous pouvons aussi développer nos muscles en faisant des exercices, nous entraîner pour courir plus vite, sauter plus haut ou devenir champion de tennis ou de cricket. Le corps est capable de faire beaucoup de choses que les gens ne peuvent pas faire d’ordinaire s’ils ne se sont pas entraînés.

Nous savons, par exemple, que certaines personnes peuvent sauter deux ou trois fois plus loin que la normale ou courir dix fois plus vite que n’importe qui. Vous avez peut-être vu des gens faire des choses qui vous ont paru miraculeuses. Il existe aussi des personnes qui peuvent utiliser leur esprit d’une manière qui peut paraître miraculeuse mais qui n’est, en réalité, que le fruit d’un entraînement.

La méditation est le seul entraînement possible pour l’esprit. De même que l’éducation physique est généralement liée à une discipline du corps, l’entraînement de l’esprit exige une discipline mentale : la pratique de la méditation.

Tout d’abord, nous pouvons transformer nos pensées : les faire passer de mauvaises ou malsaines à bonnes ou saines. Celui qui veut devenir un athlète entraîne son corps en commençant par le commencement ; eh bien, il faut agir de même pour entraîner l’esprit. Au début, on apprend à faire face aux choses ordinaires et, plus tard, aux choses extraordinaires. Quand on prend pleinement conscience que l’on va mourir un jour, on réalise que tout ce qui est en train de se produire prendra fin très bientôt, avec la mort. Même si nous ne connaissons pas la date exacte de notre mort, il est certain qu’elle surviendra un jour. En pratiquant régulièrement la contemplation de la mort, on ne s’inquiète plus trop de ce qui nous arrive puisque tout cela n’a d’importance que pendant un temps très limité.

Poursuivre la lecture

Comment la Terre peut-elle être professeur ?

Bhumisparsa Mudra
Le Bhumisparsa Mudra est considéré comme le geste de la main de Bouddha appelant la Terre à témoin de son illumination.

Cette idée vient de Bouddha lui-même. Il dit à son fils Rahula1 : « Apprends de la terre. » La terre est tellement riche en compassion qu’il suffit d’y planter une petite graine pour que le sol la transforme en arbre aux milliers de fruits et de graines, année après année. Cette générosité, cette multiplication nous est offerte par la terre, par le sol. Lorsque Bouddha médite et que quelqu’un lui demande qui lui a enseigné le pardon, il désigne la terre de la main. Vous marchez dessus, vous la creusez, vous y enfouissez vos déchets et la Terre en fait du compost et les transforme en une matière nourrissante. Même les déjections sont converties en terreau ! Apprenez cette qualité de la terre : un amour sans limite et inconditionnel. C’est la bhumisparsa mudra, la position dans laquelle Bouddha touche la terre de la main : la terre est mon professeur. Il n’y a pas de vie sans terre…

Auteur : Satish Kumar2

Notes :
1. Rahula – Fils unique de Siddharta Gautama Bouddha et de Yashodhara, et serait devenu disciple de son père.
2. Satish Kumar (1936-…) – Activiste, éditeur et promoteur de la simplicité volontaire indien. Il a été moine jaïn, militant du désarmement nucléaire et pacifiste. Il vit en Angleterre où il a fondé un centre de formation international en écologie et une école. Il est rédacteur en chef du magazine Resurgence & Ecologist.