La nature, le fonctionnement et l’entraînement de l’esprit

LEver de soleil sur la planète Terre

La nature de l’esprit

Si l’esprit est joyeux, je suis heureux. Si l’esprit est malheureux, je suis malheureux. Notre vie entière dépend de notre esprit, et pourtant peu le savent. Ce n’est pas une chose qui est enseignée à l’école.

A la question : « Qu’est-ce que l’esprit ? », logiquement, on peut répondre : « L’esprit est une pensée. » Oui, l’esprit est une pensée : chaque fois qu’il y a des pensées, l’esprit est là. Et chaque fois qu’il n’y a pas de pensées l’esprit est absent. Dans le sommeil profond par exemple, il n’y a pas de pensées, l’esprit est absent. Ainsi, esprit et pensées sont étroitement liés : si les pensées sont calmes, l’esprit est calme. Si les pensées sont agitées, l’esprit est agité. L’esprit est exactement ce que sont les pensées. Entre les deux, il existe donc une étroite relation.

Néanmoins, la pensée seule ne constitue pas l’esprit. Pour illustrer le lien entre les deux, les sages de l’Inde ont donné l’exemple de la rivière.

L’eau par elle-même, n’est pas une rivière, un bassin d’eau n’est pas une rivière. C’est seulement quand l’eau coule constamment que nous parlons de rivière. De même, quand les pensées s’écoulent constamment en nous, nous expérimentons cet équipement puissant qu’est l’esprit.
Si les eaux d’une rivière sont boueuses, on dit que la rivière est boueuse. Si les eaux sont claires, on dit que la rivière est propre. Si les eaux coulent rapidement, on dit que la rivière a un cours rapide. De même, l’esprit est ce que sont nos pensées. Si les pensées sont bonnes, l’esprit est bon.
Un homme peut avoir une belle apparence physique, être riche, avoir une belle voiture, mais si ses pensées sont tristes, il est un homme triste. Quand un homme a un esprit pur, il attire les autres.
Poursuivre la lecture

Transformer les émotions en Qi

Symbole Yin-Yang

Toutes émotions peuvent être transformées en énergie Qi (Chi). Pour commencer la pratique qui consiste à changer les émotions en énergie Qi, vous employez les visualisations de couleurs, des postures supplémentaires et des exercices sur les sons des organes.

La posture que vous devez adopter est une version modifiée de posture « I Chuan« 1, les bras « tenant le tonneau »2 devant vous.

Poursuivre la lecture

Dans le tantra, le grand rituel est de vivre en conscience

Helix Nebula - Nataraj

(…) Les premières années de pratique sont entièrement vouées à communiquer avec ce qui advient. (…) Toucher la réalité d’une manière continue implique la spontanéité, l’abolition du temps. Plus rien qui ne soit le présent, non dans le sens où il y a une demande d’être dans le présent mais dans la réalisation profonde que tout advient dans le présent, même le souvenir, même la projection. Vivre cette instantanéité nous permet de glisser peu à peu dans une expression authentique, non réfléchie de notre appartenance à la totalité. Les actions extérieures elles-mêmes sont reconnues comme une expression de la totalité. Nous entrons en résonance avec le monde.

Ce travail, ce jeu, commence par l’observation de ce qui est. Le tantrika1 ne projette aucun changement, ne prononce aucun vœu, ne s’astreint à aucune règle morale car son objectif est de considérer la réalité, telle quelle. Il n’entre dans aucun programme, n’examine pas le passé mais il observe avec passion le fonctionnement de son être non mutilé. Plutôt que de plaquer comportements et attitudes spirituels sur le terrain de l’ego, il observe la manière dont il ressent, dont il pense, dont il agit.
Cette présence à la réalité du comportement va révéler une image humaine totale qui n’est pas conforme à un idéal ou à une morale mais qui est authentique. A partir de cette reconnaissance, le tantrika glisse vers une acceptation de la réalité et dissout les nœuds psychologiques que tous les conformistes resserrent. Dès que le comportement est observé dans sa réalité, il se modifie en profondeur, accède à la fluidité et trouve la spontanéité qui est en harmonie avec le Tout.
C’est travail subtil et continu dans lequel s’engage le tantrika. En n’acceptant aucune forme figée, il laisse émerger sa liberté fondamentale, il revient à la source et n’attend rien de l’extérieur.(…)
Poursuivre la lecture

Les yeux, miroirs de l’âme

Yeux de Bouddha (Grand stoupa de Bodnath au Népal)
Le Stoupa de Bodnath (Népal) – Les yeux du Bouddha peints aux quatre points cardinaux posent un regard observateur sur les hommes et leurs actions…

La Médecine traditionnelle chinoise (MTC) offre à la médecine ophtalmique une approche thérapeutique complémentaire et préventive. Les maladies de l’œil ne reposent pas uniquement sur des symptômes et des signes locaux, mais sur des syndromes incluant la totalité du corps. Il est dit dans le plus ancien ouvrage de MTC Ling Shu1 que : « L’observation des cinq couleurs dans les yeux permet de connaître l’état des cinq organes et d’évaluer l’état de santé ».
Les troubles oculaires peuvent avoir des origines diverses, la médecine chinoise explique qu’une mauvaise gestion des émotions comme la tristesse ou une colère inconsciente peut être à l’origine de différents problèmes.
L’œil est en relation avec le mouvement Bois, ainsi que l’énergie du Foie, de la Rate, du Rein, du Cœur et du Poumon. Une perturbation de la fonction physiologique du sang et de l’énergie d’un des organes entraînera un désordre au niveau de l’œil et de la vision. L’observation de l’œil ou le diagnostic en Médecine traditionnelle chinoise combiné à la palpation des pouls et au diagnostic de la langue, sont des techniques efficaces pour déterminer le meilleur traitement pour chaque patient. Le dysfonctionnement des organes internes se reflète autant au niveau du corps que des yeux. L’énergie essentielle des cinq organes (Zang) et des six entrailles (Fu) a son point de concentration dans les yeux. La prunelle représente l’essence des os (reins), l’iris celle des muscles (foie), la sclérotique (le blanc de l’oeil) représente l’ensemble de l’énergie essentielle (poumon). Les petits capillaires situés sur la cornée représentent l’essence du sang.

Poursuivre la lecture