Horaires des cours réguliers à partir du 15/09/2021

Horaires des cours en ligne sur Zoom - Juillet 2020

COURS HEBDOMADAIRES EN SALLE

QI GONG Jour Horaire Tarif
Lundi 10h30-11h30 5€ la séance
Mercredi 10h30-11h30 5€ la séance
Mercredi 18h30-19h30 5€ la séance

Formulaire d’inscription aux cours de Qi Gong : suivre ce lien

COURS HEBDOMADAIRE EN VISIOCONFERENCE SUR ZOOM

MEDITATION Jour Horaire Tarif
Jeudi 18h30-19h30 70€/an

Formulaire d’inscription aux cours de méditation : suivre ce lien

La recherche de soi-même par Ramana Maharshi

Bhagavan Ramana Maharshi
Ramana : Pour l’apaisement et la retombée du mental, il n’est pas de moyen plus efficace que la recherche de Soi-même. Même si le mental se calme par d’autres moyens, ceux-ci ne l’immobilisent qu’en apparence ; il se lèvera à nouveau.

C’est la méthode directe. Toutes les autres se pratiquent en conservant l’ego, si bien que nombre de doutes apparaissent et, à la fin, reste toujours à aborder la question ultime. Mais, dans cette méthode, la question finale est l’unique question, laquelle est posée dès le tout début.

La recherche de Soi-même mène directement à la réalisation de Soi en ôtant les obstacles qui vous font croire que le Soi n’est pas déjà réalisé.

La méditation requiert un objet sur lequel méditer, tandis que, dans la recherche de Soi-même, il n’y a que le sujet et pas d’objet. C’est ce qui les différencie.

Question : Pourquoi faudrait-il considérer la recherche de Soi-même comme la seule voie menant directement à la réalisation ?

Ramana : Parce que, hormis la recherche de Soi-même, tous les chemins présupposent la rétention du mental, en tant qu’instrument indispensable pour suivre la voie, laquelle ne peut être suivie sans le mental. L’ego peut prendre des formes diverses et plus subtiles à différents stades de la pratique, mais il n’est jamais détruit. Toute tentative de détruire l’ego – ou mental – par des méthodes autres que la recherche de Soi fait penser à un voleur qui se change en gendarme pour attraper le voleur qu’il est lui-même. La recherche de Soi-même est la seule à révéler la vérité selon laquelle ni l’ego ni le mental n’existent vraiment, et à nous permettre de réaliser le pur Être indifférencié du Soi, ou de l’Absolu.

Poursuivre la lecture

Les trois détentes

Sa Sainteté le XIIe Gyalwang Drukpa
Jigme Pema Wangchen , 12e Gyalwang Drukpa (1963 – )

La relation entre le corps, la parole et l’esprit

L’esprit est la source de toutes nos vicissitudes, de tous nos problèmes, de nos heurts et souffrances… ainsi que de notre bonheur. Puisqu’il est ce qu’il y a de plus important, nous allons donc traiter avec lui ; nous allons le travailler. Pour  ce faire, ils nous faut maintenant rassembler les conditions favorables quant au lieu et au temps de notre pratique, pour être à même de méditer de manière adéquate.

Que l’on considère l’aspect purifié ou vicié de notre esprit, il fonctionne pour le moment sur la base de notre corps physique : en quelque sorte, il habite le corps, il en est dépendant, jusqu’à la mort en tout cas. On peut dire que notre corps et les canaux subtils qui le parcourent sont comme une route. Les souffles subtils qui circulent dans les canaux du corps sont comparables à un cheval ou à une voiture qui se déplacerait sur la route, et notre esprit est comparable au cavalier ou au conducteur. Pour que le véhicule puisse circuler aisément, il est souhaitable que la route soit en bon état. L’état de la monture ou de la voiture a son importance, de manière à éviter les problèmes de freinage, de démarrage ou autre. Enfin, il faut que le cavalier ou le pilote connaisse son affaire.

Poursuivre la lecture

La méditation : un état d’être

Vimala Thakar
Vimala Thakar (1921-2009) était une activiste sociale indienne et une enseignante spirituelle…

Nous sommes réunis ce matin et chacun de nous est conscient de la triste et pitoyable situation dans laquelle ce pays est plongé aujourd’hui. Nous traversons une crise, nous sommes dans l’obscurité. C’est une crise d’identité morale, aussi bien individuelle que collective ; une érosion des valeurs humaines, qu’on ne peut endiguer, touche tous les domaines de l’activité sociale et c’est pourquoi j’ai dit que l’obscurité semble s’être étendue sur le pays. Sans la foi dans l’existence du divin et dans le potentiel divin de l’homme, il me serait extrêmement difficile de venir vous parler.

Le thème choisi est la pertinence de la méditation dans le quotidien, dans la vie. Pour commencer, j’aimerais dire que la méditation concerne ceux qui aspirent à vivre, et sentent que vivre est une bénédiction. Elle concerne ceux qui voient combien la vie les a bénis en leur donnant l’opportunité de vivre en relation avec les autres.

La vie

Aussi, commençons par la Vie. À moins d’avoir foi dans la vie, à moins de voir le caractère sacré de la vie, l’acte de vivre est dénué de sens. La vie est une totalité. C’est une entité organique homogène dans laquelle tout est relié. La corrélation entre tout ce qui vit et bouge est complexe.

La vie est toujours entité, une entité qui ne peut jamais être fragmentée. Elle est non divisible, non fragmentable. C’est un tout. Être spirituel, c’est voir la totalité dans le particulier. Les sens intégrés dans le corps ont leur propre limite, ils ne peuvent pas appréhender la totalité de la vie. Ils ont la capacité d’atteindre un objet particulier, à un moment précis. Le particulier est relié à la totalité de façon organique, la totalité est dissimulée dans le particulier. L’illusion a lieu quand le particulier est perçu comme singulier, séparé du tout ; mais quand il est vu dans le contexte du tout, il est aussi divin que la totalité. Être spirituel, c’est être capable de voir la totalité cachée, dissimulée dans le particulier. Il se trouve que dans notre pays, la totalité, l’homogénéité de la vie ont été explorées. Ailleurs, on a mis en place des institutions religieuses, mais ici, dans ce pays, on approfondit la science de la vie et du yoga, l’art de vivre.

Le particulier est relié à la totalité de façon organique, la totalité est dissimulée dans le particulier. L’illusion a lieu quand le particulier est perçu comme singulier, séparé du tout ; mais quand il est vu dans le contexte du tout, il est aussi divin que la totalité. Être spirituel, c’est être capable de voir la totalité cachée, dissimulée dans le particulier.

Poursuivre la lecture

L’expansion de conscience

Expansion de conscience

De la même façon que nous pouvons façonner notre corps à volonté, nous pouvons changer notre esprit. Nous façonnons le corps quand nous mangeons moins et que nous maigrissons ou quand nous mangeons plus et que nous grossissons, quand nous buvons trop d’alcool et que nous nous abîmons le foie ou quand nous fumons trop et que nous endommageons nos poumons. Nous pouvons aussi développer nos muscles en faisant des exercices, nous entraîner pour courir plus vite, sauter plus haut ou devenir champion de tennis ou de cricket. Le corps est capable de faire beaucoup de choses que les gens ne peuvent pas faire d’ordinaire s’ils ne se sont pas entraînés.

Nous savons, par exemple, que certaines personnes peuvent sauter deux ou trois fois plus loin que la normale ou courir dix fois plus vite que n’importe qui. Vous avez peut-être vu des gens faire des choses qui vous ont paru miraculeuses. Il existe aussi des personnes qui peuvent utiliser leur esprit d’une manière qui peut paraître miraculeuse mais qui n’est, en réalité, que le fruit d’un entraînement.

La méditation est le seul entraînement possible pour l’esprit. De même que l’éducation physique est généralement liée à une discipline du corps, l’entraînement de l’esprit exige une discipline mentale : la pratique de la méditation.

Tout d’abord, nous pouvons transformer nos pensées : les faire passer de mauvaises ou malsaines à bonnes ou saines. Celui qui veut devenir un athlète entraîne son corps en commençant par le commencement ; eh bien, il faut agir de même pour entraîner l’esprit. Au début, on apprend à faire face aux choses ordinaires et, plus tard, aux choses extraordinaires. Quand on prend pleinement conscience que l’on va mourir un jour, on réalise que tout ce qui est en train de se produire prendra fin très bientôt, avec la mort. Même si nous ne connaissons pas la date exacte de notre mort, il est certain qu’elle surviendra un jour. En pratiquant régulièrement la contemplation de la mort, on ne s’inquiète plus trop de ce qui nous arrive puisque tout cela n’a d’importance que pendant un temps très limité.

Poursuivre la lecture

Corps, parole, esprit : les trois portes de la réalité humaine

Akong Rinpcohé
Crédit : BODHICHARYA.ORG

Quand on souffre et que les choses vont mal, on a tendance à se dire que c’est la faute des autres ou des circonstances. C’est plus commode et moins gênant que de se demander si, après tout, on n’y serait peut-être pas soi-même un peu pour quelque chose. Pour savoir d’où vient la souffrance, il faut d’abord comprendre les mécanismes de notre perception du monde. C’est à travers le corps, la parole et l’esprit, les trois composantes de notre individualité humaine, que nous communiquons avec notre environnement et que nous nous en formons une représentation.

Qu’on soit jeune, en pleine maturité ou d’un âge avancé, on a tous un corps de chair et d’os, de sang et de toutes sortes d’autres substances — un organisme complexe capable d’une multitude de sensations. On dispose également de la parole, cette capacité de parler et de communiquer au moyen de sons et de mots. Enfin, on est aussi doué de ce créateur de nos pensées et de nos sentiments, bons ou mauvais, qu’on appelle l’esprit. En ce qui nous concerne actuellement, le corps, la parole et l’esprit sont des réalités tangibles dont on fait l’expérience quotidiennement.

Le corps est l’instrument de notre activité, et il s’exprime par le mouvement. La parole produit les sons et les mots qui véhiculent ce qu’on veut exprimer. Quant à l’esprit, c’est lui qui anime les deux autres; il est la source de tout ce qu’on porte en soi de bon et de mauvais. Le corps et la parole sont un peu les pantins de l’esprit. Logiquement, cela voudrait dire qu’on peut leur faire faire ce qu’on veut, au gré de ses désirs. En fait, ça ne se passe pas du tout comme cela: on a tellement pris l’habitude de manipuler les gens et les événements qu’on a presque oublié les ficelles qui reliaient le corps et la parole à l’esprit, en nous-mêmes. Si bien qu’elles se sont distendues, et que le pantin ne répond plus très bien. On sent bien qu’il y a quelque chose qui cloche, on n’est pas satisfait du fonctionnement de la marionnette. On se sent frustré.

Le corps est l’instrument de notre activité, et il s’exprime par le mouvement. La parole produit les sons et les mots qui véhiculent ce qu’on veut exprimer. Quant à l’esprit, c’est lui qui anime les deux autres; il est la source de tout ce qu’on porte en soi de bon et de mauvais.

Poursuivre la lecture

Le secret du sourire intérieur (1ère partie)

Tenzin Gytaso, XIVe Dalaï Lama
Tenzin Gytaso, XIVe Dalaï Lama

Pour que le Qi (prononcer tch’i) puisse bien circuler, il faut que règne en nous le calme tant dans le mental que dans le corps. Adoptez, pour commencer, une attitude de détente et pratiquez de longues respirations abdominales (trente-six au total). Cependant, l’apaisement intérieur ne signifie pas seulement muscles et nerfs détendus. Pour que s’installe en vous la détente profonde il faut encore que les organes vitaux (coeur, poumons, foie, reins, estomac, système nerveux, système circulatoire) soient détendus. A cet effet les taoïstes de l’Antiquité ont pratiqué une méthode très simple: le sourire intérieur.

1. Le pouvoir de guérison du sourire

Il vous est sûrement arrivé de marcher dans la rue en grommelant, vous tracassant au sujet de choses que vous avez à faire, de vos rapports avec quelqu’un, de votre travail ou de la vie en général. A un moment, levant la tête, vous surprenez quelqu’un en train de vous sourire et, sans même en avoir conscience, vous lui rendez son sourire. En une fraction de seconde vos soucis se sont évanouis. Le dos redressé, vous continuez votre marche et quelque chose vous dit que tout s’arrangera. Le vrai sourire a des pouvoirs fabuleux.
Le sourire intérieur émet de puissantes ondes d’énergie curative.

Poursuibvre la lecture

Les ruses du mental et comment les déjouer

Helix Nebula (Oeil de Dieu)
Helix Nebula (NGC 7293)  ou nébuleuse de l’Hélice est une nébuleuse planétaire située dans la constellation du Verseau, à proximité du Poisson austral. Sa forte ressemblance avec un œil humain lui a valu le surnom de « l’œil de Dieu ».

Un enseignement de Bhagwan Shree Rajneesh
4 octobre 1972, Bombay, Inde.

(…) Méfiez-vous de ce que vous dit votre mental. N’ayez pas trop confiance en lui. Nous ne doutons jamais de lui. On doute de tout et de tout le monde, mais jamais de son esprit.
Même ceux qui parlent tant de scepticisme, de doutes, de raison, même ceux-là ne doutent jamais de leur propre pensée. Et pourtant, c’est bien votre pensée qui vous a mené là où vous êtes. Si votre vie est un enfer, c’est votre mental qui l’a créé. Et pourtant, vous ne doutez jamais de ce guide. Vous doutez de n’importe quel professeur, de n’importe quel maître, mais vous ne doutez jamais de votre mental. Avec une foi indéfectible, vous le suivez comme un guru. Et pourtant, c’est lui qui vous a mené dans le désordre, dans la misère où vous êtes. Si vous voulez absolument douter de quelque chose, doutez donc de votre mental. A chaque fois qu’il vous dit quelque chose, réfléchissez-y à deux fois.

Est-il vrai que vous n’avez pas le temps ? Est-ce vrai ? Vous n’avez vraiment pas le temps de méditer, de consacrer une heure de votre temps à la méditation ? Réfléchissez bien. Demandez-vous « est-ce vraiment le cas ? Je n’ai vraiment pas le temps ? »

Je ne le crois pas. Je n’ai jamais vu quelqu’un qui n’avait pas du temps à revendre. Je vois des gens qui jouent aux cartes en disant, « c’est pour tuer le temps ». Ils vont au cinéma, et ils disent, « que peut-on faire ? » Ils tuent le temps, bavardent, lisent et relisent le même journal, parlent de choses dont ils ont parlé toute leur vie, et ils disent, « nous n’avons pas le temps ». Ils ont pourtant le temps de faire les choses les plus inutiles. Alors ?

Poursuivre la lecture

Méditation respiratoire : une méthode pour permettre un affinement du corps et de l’esprit autant qu’une communion avec la Nature

Crédit : Pixabay

Cela fait des millénaires que la plupart des traditions anciennes considère la respiration conduite de manière précise comme un des principaux moyens pour permettre un affinement du corps et de l’esprit autant qu’une communion avec la Nature1.

L’attention prédominante des taoïstes2 pour les méthodes de « longue vie » était telle que de nombreuses techniques visant l’amélioration de la santé du corps et de l’esprit virent le jour au fil des siècles.

Les avantages de cette véritable culture de la respiration étaient tellement évidents que les techniques furent également adoptées dans des milieux laïques à des fins purement bienfaisantes, thérapeutiques ou préventives.

Aujourd’hui, la plupart des êtres humains respire mal… Leur façon de respirer ne met généralement en œuvre qu’une infime partie de la capacité des poumons et cela les empêche d’éliminer et d’expirer tout le gaz carbonique ainsi que toutes les toxines du sang. Le sang devient alors impur et les maladies apparaissent…

Poursuivre la lecture

Etre au centre de soi est la voie, non pas le but

Helix Nebula
NGC 7293 ou nébuleuse de l’Hélice est une nébuleuse planétaire située dans la constellation du Verseau, à proximité du Poisson austral.

Etre au centre de soi est la voie, non pas le but. C’est la méthode, non le résultat. Il faut être au centre de soi pour atteindre le Samadhi1 mais il ne faut pas assimiler le centre intérieur au Samadhi. Quand on parvient à la Réalisation, à l’Eveil, il n’y a plus de centre.

Jacob Boehme2 a dit qu’il y avait deux manières de décrire l’approche du Divin : soit on sent que le centre est partout, soit on sent que le centre n’est nulle part. Ce qui revient à dire la même chose. Ainsi, les termes vous semblent contradictoires, mais il ne faut pas confondre la méthode et le résultat, la voie et le but.

Quand vous êtes au centre de vous-même, il se produit une explosion. Etre au centre de soi signifie rassembler toute son énergie en un point. Quand votre énergie est cristallisée en un point, ce point explose automatiquement.  Alors, le centre disparaît, ou bien il est partout.

Si vous n’êtes pas au centre de vous-même, votre énergie ne peut pas se concentrer, elle ne peut donc pas exploser. Il faut une très grande concentration d’énergie pour que l’explosion se produit. Il faut que vous soyez totalement et complètement au centre de vous-même.

Poursuivre la lecture