Discours de pratiquants sur leur expérience du Zhan Zhuang

Zhan Zhuang

À travers les recueils de discours des pratiquants présentés ci-dessous, nous relevons quatre types d’interprétations de l’expérience de la pratique de zhanzhuang. En effet, selon la finalité recherchée par le pratiquant, différents sens peuvent être attribués à l’exercice de qigong.

Une finalité martiale

Les premiers extraits qui suivent sont tirés d’un entretien réalisé avec deux pratiquants de dachengchuan – encore appelé yichuan, la « boxe de l’intention » – dirigeants du centre que nous avons présenté dans la partie précédente. Le rôle de l’exercice zhanzhuang est évoqué à plusieurs reprises dans leur discours. Dans un premier temps, l’un des deux explique que « l’homogénéité de la force est considérée comme l’aboutissement de la transformation physiologique et du changement musculaire généré par la pratique de base, zhanzhuang » (Chenault, 2008, p. 369).
Plus loin, il précise : « Quand elle pousse, ce n’est pas son bras qui pousse, ni sa force musculaire, c’est l’homogénéité du corps, c’est-à-dire tout le corps, complètement réuni et unifié. Wang Xiang Zhaï nous disait que chaque cellule est une batterie ; d’ailleurs, les scientifiques commencent à se poser des questions : les cellules et leurs électrons sont considérés comme une énergie atomique, c’est extraordinaire ! Chaque cellule est une batterie et chaque batterie est réunie sur tout le corps, il y a donc des milliards de batteries réunies : c’est une bombe et cette bombe-là est en force de maintien, une force qui est prête à exploser comme un arc et à lâcher d’un seul coup » (ibid.).
Dans cet extrait, la posture est interprétée comme un temps de concentration des forces physiques et psychiques. Le principe serait d’accumuler « l’énergie » stimulée dans la posture pour pouvoir, au moment voulu, la décharger de manière maîtrisée et orientée. La position statique contribue à l’image d’un corps composé de « cellules », qui se recharge comme une « batterie » prête à exploser à travers un mouvement d’attaque ou de défense. On trouve également dans ce discours la référence au « scientifique » qui apparaît parfois dans le discours de pratiquants : soit elle vient légitimer la pratique en confortant certaines idées sur l’énergie corporelle, soit elle est utilisée comme symbole d’une pensée rationnelle qui ne peut pas appréhender la réalité des phénomènes qui existent dans la pratique du qigong.
Dans ce cas précis, on fait référence à la cellule et à l’énergie de ses molécules pour expliquer la concentration énergétique des cellules et du corps. La force du combattant serait implicitement liée à cette capacité à accumuler l’énergie dans toutes les cellules du corps.
Dans un autre passage, les pratiquants de dachengchuan précisent les différents stades qui attestent d’une progression dans l’exercice de zhanzhuang : « On sait qu’on a fait l’étape du pilier : on le fera à vie, mais le pilier on le fait depuis quinze ans, tous les jours on est debout, on le pratique et c’est devenu une hygiène personnelle ; ce n’est plus un truc extraordinaire “mystico-gélatineux”, c’est un truc normal… parce qu’au début ça peut paraître curieux d’avoir les bras en l’air ! Après, on sait travailler l’épreuve de l’énergie : quand on a cette énergie dans le bout des doigts, tout le corps chauffe, vibre et on va la faire bouger tout doucement. Il y a plusieurs façons de la faire bouger : ce sera vers le ciel, pour les chocs ou autres, donc on va pouvoir lever. Si tu mets la main, tu vas dire “c’est bizarre, c’est lourd”, donc cela signifie que tout est réuni, toute la chaîne musculaire. Après, ce sera pour l’écrasement, puis pour la poussée et enfin pour les côtés. Donc, on va travailler cette deuxième phase au niveau des sensations : on vit alors des choses que l’on n’imagine pas… parce qu’il y a plein de sensations de plus en plus subtiles qui apparaissent. Après l’épreuve de l’énergie, tu as encore des phases. Il va y avoir l’épreuve du son, parce qu’en même temps on va réunir les vibrations acoustiques : on va avoir une épreuve du son, c’est-à-dire qu’on va avoir une expulsion d’énergie, avec un son, mais la bouche fermée, donc c’est le diaphragme qui va être secoué un peu vers le bas et on a un “huhh !”, tu sais quelque chose qui fait qu’on va réunir à ce moment-là, par les vibrations acoustiques, l’ensemble du corps dans la même action : l’énergie et la vibration acoustique vont, pendant un millième de seconde, exploser grâce au son… ça c’est fabuleux ! Dans les arts martiaux, les gens poussent des “kiaï”, ce n’est pas du tout pour faire peur à qui que ce soit ; je te donne l’exemple de l’éternuement “atchaa !” : tu sais, c’est le ventre et ce n’est pas la gorge, on sent que du ventre pousse un truc très fort, et à ce moment-là, le sang, les os, les tendons, les nerfs, les ligaments… tout ça va devenir une boule d’énergie
» (ibid., p. 374).
La posture renvoie également à l’image du « pilier » où le corps est considéré comme un tout homogène. La fréquence et la durée de pratique permettent de retrouver les sensations de cette homogénéité à travers les tensions physiques qui se produisent lors de l’exercice. Il s’agit ensuite d’appliquer cette force homogène dans le contexte du combat martial. L’évolution dans l’exercice est marquée par différentes étapes pour le pratiquant de dachengchuan : l’épreuve de la posture, c’est-à-dire faire le « pilier » quotidiennement, « l’épreuve de l’énergie » et de sa mise en mouvement, mesurée à travers la poussée des mains puis manifestée spontanément par « l’expulsion d’énergie », tant physique que sonore, dans le combat.

Poursuivre la lecture