Horaires des cours réguliers à partir du 15/09/2021

Horaires des cours en ligne sur Zoom - Juillet 2020

COURS HEBDOMADAIRES EN SALLE

QI GONG Jour Horaire Tarif
Lundi 10h30-11h30 5€ la séance
Mercredi 10h30-11h30 5€ la séance
Mercredi 18h30-19h30 5€ la séance

Formulaire d’inscription aux cours de Qi Gong : suivre ce lien

COURS HEBDOMADAIRE EN VISIOCONFERENCE SUR ZOOM

MEDITATION Jour Horaire Tarif
Jeudi 18h30-19h30 70€/an

Formulaire d’inscription aux cours de méditation : suivre ce lien

Swaiso – Balancer les bras aide à retrouver une bonne santé et le bien-être

Bodhidharma (Damo)
Statue de Bodhidharma, le fondateur légendaire du bouddhisme Ch’an (440 – ?) – Monastère Shaolin, province de Henan, Chine

Bodhidharma (Damo en chinois), fondateur légendaire du bouddhisme Ch’an en Chine, a conçu swaiso comme l’une des pratiques pour le développement global de l’être humain. Littéralement, swaiso signifie « balancer » ou « jeter ».

En balançant les bras avec le sentiment de rejeter les émotions négatives, les attitudes (comme les peurs, la jalousie, la cupidité, la colère, etc.) et les habitudes indésirables, on peut gagner de l’énergie positive. L’exercice swaiso est un moyen de prévention de la maladie ainsi que de guérison. C’est aussi un moyen de maintenir et de développer la santé. C’est facile et peut être fait par tout le monde, petits et grands pour avoir des effets remarquables sur des centaines de maladies.

C’est un exercice physique qui dissout les blocages et les tensions enfermés dans le corps. Divers types de cancers, pression artérielle élevée et basse, cirrhose de le foie, l’arthrite, la névrose, diverses maladies du système digestif, les maladies cardiaques, les maladies rénales sont soulagées.

Poursuivre la lecture

Qi Gong – Le singe

Portrait de singe
Crédit : Pixabay

 

Le Qi Gong du singe fait partie de la série intitulée « le jeu des cinq animaux » créée par HUA TUO (110 – 220 après J-C), médecin sous la dynastie des HAN, pour fortifier le corps et le garder en bonne santé. Cette série propose d’imiter le comportement de cinq animaux, basées sur leurs habitudes comportementales : le tigre, le cerf, l’ours, le singe et la grue.

Le singe est bien connu pour son agilité, son don d’imitation, sa bouffonnerie. Il y a un aspect déconcertant dans la nature du singe, qui est celui de la conscience dissipée. Lie-tseu1 en fait un animal irritable et sot. L’agilité du singe trouve pourtant une application immédiate dans la Roue de la Vie2 dans le bouddhisme, où il symbolise la conscience, mais au sens péjoratif du terme : car la conscience, celle du monde sensible, saute d’un objet à un autre, comme le singe de branche en branche. De même la maîtrise du cœur, sujet au vagabondage, est-elle comparée, dans les méthodes de méditation bouddhiques, à la maîtrise du singe3.

Dans la pratique du Qi Gong du singe, on imite le comportement caractéristique de cet animal en essayant de s’approprier au mieux sa souplesse, son agilité et sa vivacité, et ce, tout en restant serein à l’intérieur.4

Continuer la lecture de Qi Gong – Le singe

Zhanzhuang : la posture de l’arbre

Zhanzhuang - Posture de l'arbre

Historiquement, les adeptes du qigong prennent comme première référence le Nei Jing Su Wen1. Cet ouvrage attribué à l’empereur Jaune, Huang Di, symbole paternel de la civilisation chinoise, remonterait à 2600 avant notre ère (). On trouve, dans ce texte clé pour les médecins traditionnels et acupuncteurs, les premières traces d’existence d’exercices du souffle qu’Henri Maspero2 (1971) identifiait en tant que techniques taoïstes de Longue Vie.

Chronologiquement, suit la présence du Bodhidharma3 au sixième siècle après J.-C., au temple Shaolin, sur le mont Songshan. La venue du moine bouddhiste aurait été essentielle dans la genèse des premières pratiques de wushu4() qui évolueront au fil du temps vers une riche diversité d’arts martiaux (Association chinoise du qigong pour la santé, 2009). Ainsi, l’enchaînement du yijinjing5(), également appelé « exercices d’assouplissement des muscles », serait un héritage de l’être éveillé repris par les moines combattants du temple pour accroître leur force et leur santé (ibid.).

Poursuivre la lecture

Avaler / Absorber le Qi de la nature

Soleil, Lune, Terre
Source : WALL.ALPHACODERS.COM

Les principales sources énergétiques que vous chercherez ici à absorber, sont celles du soleil, de la lune et de la terre. Le soleil est la lune irradient la surface de la terre d’énergie électromagnétique. Si vous savez comment absorber et utiliser ces énergies, vous vous rendrez compte qu’elles accélèrent et favorise votre entraînement. Ainsi, en hiver, lorsque le temps et votre corps sont tous deux Yin, vous chercherez à vous exposer aux rayons du soleil afin d’en absorber les radiations. Il est toutefois important de bien comprendre quels sont les bons moments pour absorber les différentes énergies de la nature. Ainsi par exemple, durant l’été, votre corps comme la nature sont extrêmement Yang et de ce fait, vous ne devez pas chercher à absorber l’énergie solaire à cette époque, à l’exception toutefois du matin, au lever du soleil. Par ailleurs, lorsque vous pratiquez cet exercice, il ne s’agit pas simplement d’absorber le Qi de la nature au niveau de votre peau, mais de vous servir de votre Yi pour emmener celle-ci, en coordination avec votre respiration, vers la profondeur de votre corps. Une fois que vous savez savez comment procéder, vous pourrez emmener le Qi nourrir la quasi-totalité des parties de votre corps. Vous pourrez ainsi par exemple guider votre Qi vers les parties génitales afin d’en stimuler la production séminale, vers vos moelles afin de les nettoyer, ou l’emmener nourrir votre cerveau. Naturellement, vous devez aussi être en mesure d’équilibrer les Yin et Yang dans votre corps, car trop d’énergie peut rendre votre corps trop Yang et y engendrer des dommages plus ou moins importants

Poursuivre la lecture

Respirer par les pieds et les mains

Pieds Mains
Crédit : Pixabay

En méditation chinoise, cinq endroits ou centres (Wu Xin) sont considérés comme des portes par lesquelles le Qi corporel communique directement avec le Qi environnant. Ces centres sont le visage, les deux « sources bouillonnantes » (Yongquan) sous la plante des pieds, et les « deux palais de labeur » (Laogong) au centre des paumes. Le taoïste Han Xu Zu a écrit : « Les pieds respirent de façon continue et régulière, existant doucement. » Zhuang Zi a écrit : « Une personne ordinaire respire par la gorge, une personne vraie (un immortel) respire avec les pieds. »

Yongquan, Source bouillonnante
Yongquan (Source bouillonnante). Point n°1 du méridien du Rein (Rn1)
Le point Laogong (Palais de Labeur) - PC8
Laogong (Palais de Labeur). Point n°8 du méridien du Péricarde (PC8)

Poursuivre la lecture

La respiration du corps ou respiration par les pores de la peau

Huangshan (simplified Chinese: 黄山; traditional Chinese: 黃山; pinyin: Huángshān; literally: "Yellow Mountains"), is a mountain range in southern Anhui province in eastern China.
Huangshan (littéralement: Montagnes jaunes) est une chaîne de montagnes située au Sud de la Povince d’Anhui dans l’Est de la Chine.

La respiration du corps ou Respiration par les pores de la peau constitue l’un des objectifs principaux de la respiration en Qi Gong. Cela signifie en même temps que l’on respire, tout le corps respire du Qi par la peau. (…) Lorsque l’on est capable d’amener le Qi jusqu’à la peau, on a la sensation de l’exposer à un soleil chaud un jour d’hiver. Sous le soleil chaud, les pores1 s’ouvrent pour aspirer et rejeter plus facilement l’énergie. Au cours de l’entraînement au Qi Gong, on utilise cependant la pensée2 pour guider le Qi jusqu’à la peau afin d’énergétiser les pores par l’intérieur du corps.

Poursuivre la lecture

Mouvements de Qi Gong pour renforcer l’énergie défensive – 1ère partie (Vidéo)

Mouvements de Qi Gong pour renforcer l'iimmunité (1ère partie)

Les défenses immunitaires ou énergie défensive (Wei Qi en chinois)

Les principales trois fonctions physiologiques du Wei Qi sont :

  1. protéger la superficie du corps contre les facteurs pathogènes exogènes (pervers climatiques, virus, bactéries, pollen, acariens, poils de chat,…) ;
  2. réchauffer et nourrir les organes intérieurement et extérieurement (tels que la peau, les cheveux, les ongles, les muscles, les viscères, etc…) d’humidifier et lubrifier la peau ;
  3. contrôler l’ouverture et la fermeture des pores cutanés, de réguler la sécrétion de la sueur et de maintenir une température relativement constante à l’intérieur du corps.

Le pouvoir de la Wei Qi est relié à la santé de la peau et à sa sensibilité aux facteurs pathogènes exogènes. Une abondance de Wei Qi donnera une peau souple, douce et forte, des muscles rebondis et des plis affinés et fermes, ainsi les facteurs pathogènes exogènes peuvent être contrôlés. La déficience de Wei Qi donnera une peau sèche, des chutes de cheveux, des muscles faibles, et des pores qui ne maintiennent plus les liquides. Ceci provoquera des transpirations dues à la déficience, et les facteurs pathogènes exogènes auront la possibilité de profiter de cette condition pour affecter le corps. Il existe un adage chinois évocateur de cette condition : « ou les facteurs pathogéniques agissent, il y a déficience du Wei Qi ». Par conséquent, le Wei Qi remplit une fonction physiologique cruciale, à savoir, de défendre et de renforcer la partie superficielle du corps.

Poursuivre la lecture

Le personnel médical d’un hôpital de médecine traditionnelle chinoise à Zhejiang, en Chine, pratique Ba Duan Jin (littéralement « huit pièces de brocart ») pour prévenir les maladies respiratoires pendant l’épidémie de coronavirus. 

Le personnel médical d’un hôpital de médecine traditionnelle chinoise à Zhejiang, en Chine, pratique le Ba Duan Jin (littéralement « huit pièces de brocart »), une série de huit mouvements de QI Gong,  pour prévenir les maladies respiratoires pendant l’épidémie de coronavirus.

Le Ba Duan Jin aurait été conçu par Bodhidharma1 et repris par Yue Fei (Général de l’armée impériale chinoise) du 12ème siècle après JC pour améliorer la santé de ses soldats. De nos jours, sa pratique vise à rendre l’organisme plus résistant et à prolonger la vie. Il est classifié dans la catégorie Qi Gong externe « Wei Dan« , qui veut dire au sens large du terme renforcement du corps (un effet « bouclier » qui permet de mieux se protéger des agressions externes2).

Poursuivre la lecture

Burnout : les effets positifs du Qi gong

Burnout : les effets positifs du Qi gong

Le burnout est un état d’épuisement à la fois physique et moral qui peut avoir de très lourdes conséquences sur la santé. Dans certains cas extrêmes, ces conséquences peuvent être irrémédiables.

C’est un phénomène particulièrement fréquent dans le milieu professionnel. L’ambiance au travail, la compétition, la pression des supérieurs hiérarchiques, le stress permanent, sont quelques uns des principaux facteurs déclencheurs du burnout.

L’apparition de signes d’anxiété et de mal-être, la perte de compétences et de confiance en soi ainsi que la dépression et la baisse de résistance aux infections, en sont autant de signes annonciateurs. Il est souvent difficile de déceler ces derniers et de les quantifier pour mieux les prévenir.

La prévention par le Qi gong

Le Qi gong, cet art ancestral chinois basé sur une gymnastique traditionnelle et une certaine science de la respiration, peut aider à prévenir le burnout. En outre, des études ont prouvé que les personnes pratiquant une activité physique régulière -et notamment les arts martiaux- sont capables d’en déceler plus rapidement les premiers signes.

En associant mouvements lents, exercices respiratoires et concentration, le Qi gong permet de se sentir mieux dans son corps et dans sa tête. Les mouvements exécutés avec lenteur sont censés améliorer la circulation de l’énergie dans le corps et de lutter à priori contre le stress et l’hypertension. Très courante en Chine, la pratique gagne à être plus connue en Europe ainsi que dans le reste du monde.

Aujourd’hui, le Qi gong n’est plus une activité exclusivement réservée aux retraités ou aux gens en mal d’être. On le retrouve de plus en plus dans des champs d’intervention inattendus comme en entreprise ou encore, plus surprenant, en milieu carcéral.

Poursuivre la lecture