Comment la Terre peut-elle être professeur ?

Bhumisparsa Mudra
Le Bhumisparsa Mudra est considéré comme le geste de la main de Bouddha appelant la Terre à témoin de son illumination.

Cette idée vient de Bouddha lui-même. Il dit à son fils Rahula1 : “Apprends de la terre.” La terre est tellement riche en compassion qu’il suffit d’y planter une petite graine pour que le sol la transforme en arbre aux milliers de fruits et de graines, année après année. Cette générosité, cette multiplication nous est offerte par la terre, par le sol. Lorsque Bouddha médite et que quelqu’un lui demande qui lui a enseigné le pardon, il désigne la terre de la main. Vous marchez dessus, vous la creusez, vous y enfouissez vos déchets et la Terre en fait du compost et les transforme en une matière nourrissante. Même les déjections sont converties en terreau ! Apprenez cette qualité de la terre : un amour sans limite et inconditionnel. C’est la bhumisparsa mudra, la position dans laquelle Bouddha touche la terre de la main : la terre est mon professeur. Il n’y a pas de vie sans terre…

Auteur : Satish Kumar2

Notes :
1. Rahula – Fils unique de Siddharta Gautama Bouddha et de Yashodhara, et serait devenu disciple de son père.
2. Satish Kumar (1936-…) – Activiste, éditeur et promoteur de la simplicité volontaire indien. Il a été moine jaïn, militant du désarmement nucléaire et pacifiste. Il vit en Angleterre où il a fondé un centre de formation international en écologie et une école. Il est rédacteur en chef du magazine Resurgence & Ecologist.

Les arbres sont des enseignants

Les arbres sont appelés le Peuple qui se Tient Debout parce que ce sont des enseignants. Ils ne se déplacent pas en marchant comme le font les humains, mais ils contiennent l’Énergie qui vient de la Terre et celle qui vient du Ciel. Leurs racines s’enfoncent profondément dans la Terre Mère, et leurs branches vont chercher la lumière du soleil haut dans le ciel. Ces enseignants des forêts montrent à l’humanité comment équilibrer les énergies masculine et féminine présentes en tout être humain. Par leur exemple, nous pouvons apprendre à donner et recevoir. Les arbres sont fermement ancrés dans la Terre et cherchent à atteindre les cieux de leurs branches, montrant ainsi aux hommes comment être des ponts entre le monde tangible et le monde non tangible. L’équilibre entre le côté démonstratif et le côté réceptif se trouve dans le cœur des hommes ainsi que dans le tronc des arbres.

Lire la suite…

Communiquer avec les arbres – L’enracinement

L’enracinement est lui aussi un mode de communication spécifique. Il passe par le toucher, par le contact physique. C’est quelque chose de très courant et de nécessaire dans la pratique chamanique celtique, et très bénéfique dans la vie de tous les jours. L’enracinement aide à rester centré, lucide et présent, ce qui est indispensable à toute bonne pratique – énergétique, spirituelle ou autre – ainsi que dans notre quotidien. Un bon enracinement peut considérablement accentuer les bienfaits d’une pratique et améliorer vos journées. L’enracinement peut se faire tous les matins comme hygiène de vie, avant de commencer la journée.

Il peut même se faire à distance en sentant, en visualisant ou même en imaginant le contact avec l’arbre. Mais nous allons prendre ici un exemple concret avec un arbre bien réel. (…) On commence par prendre contact avec l’arbre choisi et on lui demande s’il veut bien nous aider à nous enraciner pour la journée. A nouveau, on ressent si sa réponse est oui ou non. Si c’est non, on le remercie et on cherche un autre arbre, et si c’est oui, alors on se place bien contre lui en s’adossant ou face à lui en l’enlaçant. On lui demande ensuite de nous aider à nous enraciner et on le remercie à l’avance. En contact avec l’arbre, on peut voir, sentir ou imaginer que notre dos, notre axe, se transforme progressivement en un tronc d’arbre identique à celui avec lequel on est en contact. Puis nos jambes commencent à leur tour à se transformer en racines. A chaque expir, elles poussent et plongent au pied de l’arbre. A chaque expir, le réseau des racines s’agrandit et se mêle aux racines de l’arbre. Celles-ci encouragent les nôtres à les suivre toujours plus loin, toujours plus profondément. Il n’y a plus aucune limite, tout devient possible, le réseau peut s’étendre bien plus loin que dans la réalité.

Poursuivre la lecture